Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Miyu
  • Le blog de Miyu
  • : 1 mois à Tokyo, c'est du bonheur. Y retourner c'est encore mieux. Ici, je vous raconte ma vie, mon (peut être mes) voyage(s) là bas pour tout ceux qui veulent partir ou partager ce qu'ils y ont vécus.
  • Contact

Mon Profil

  • Miyu
  • Le Japon c'est toute ma vie! Mais ça vous le découvrirez en me lisant...
  • Le Japon c'est toute ma vie! Mais ça vous le découvrirez en me lisant...

Météo

Recherche

Compteur de visites

phonepower

Pages

Catégories

27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 11:33

shibu-q-front.jpg

Après ces notes historiques et culturelles, promenons nous (dans les bois…). Il faut quand même que je ne m'écarte pas trop du récit de mes aventures. Nous étions (toujours) le dimanche 13 juillet 2008 (oui je sais, j'avance pas vite, mais faut faire durer le plaisir!) et nous sortions de la gare de Shibuya. Après s'être tous regroupé autour de la statue de Hachiko (à qui j'ai fait un bisou, c'était quand même un de mes impératifs), on est tous restés un moment à regarder autour de nous. Ce carrefour tout de même mythique, il fallait s'en mettre plein les mirettes!! Ainsi, pendant que d'autres s'adonnaient à leur vice dans le coin fumeur (ça aussi faudra que je vous en parle…), nous autre sain de corps et d'esprit admirions tout à la fois le Sarbuck et l'écran géant du Q Front, le 109 et le 109-2, les enseignes publicitaires (j'avais de la chance, y'avait Arashi partout!! Ça aussi je vous en parlerai…), le Tokyu et le koban (commissariat du coin… faites moi penser à vous parler des flics à Tokyo). Notre GO, qui avait pour mission de nous faire visiter Shibuya et de nous mener à Yoyogi, nous a fait traverser le carrefour, sous la floppée de sons que font les feux tricolores (pas tout à fait comme chez nous). Et là, y'a des dingues qui ont commencé à se plaindre qu'ils avaient faim! Non mais je vous jure… Comme on était une belle troupe (plus de 20 personnes…), on a même pas essayé d'entrer dans un resto. Au final, on s'est tous séparés. D'un côté le clan des gens qui vont au resto et de l'autre le clan des gens qui vont tester la bouffe du combini du coin. Bien évidemment je faisais partie de la deuxième équipe! C'est dans ce combini de Shibuya que j'ai acheté mon premier CC Lemon (boisson au goût de citron chimique mais il y avait un cadeau avec!!!) et… qu'ai-je mangé? Je ne sais plus, je crois que j'ai pris onigiri… Et forcément je ne retrouve pas le ticket… pfff… Bref! Certains de mes compagnons ont tenté des choses “originales”, telle que la plâtrée de nouilles (mais je crois qu'il fallait la passer au micro onde avant) et les boissons déshydratantes que si t'en bois trop t'es malade http://phinouche.unblog.fr/files/2010/05/rimg0034.jpg(Pocari Sweat, Aquarius et leurs potes, parfois vicieux). Forcément, les gens qui ont choisi le resto, on ne les a jamais revu. Nous avions RDV devant la grosse frite du Mc Do (clic la photo)  mais à l'heure dite, personne. Et au Japon, on est ponctuel ou on est mort! Ils sont morts… Paix à leur âme mais au moins, on a continué le chemin vers Yoyogi, en croisant tous ces magasins aux noms célèbres, Seibu, Parco, Marui, HMV, Tower Records et Condomania. Chemin faisant, nous nous rapprochions du but de ce dimanche et des autres qui ont suivi, Yoyogi Koen, le royaume des saltimbanques et des troubadours nippons…
Je ne dirais pas que le prochain article traitera de Yoyogi parce que j'aurais surement envie de revenir sur quelque chose d'autre avant, donc le prochain article sera… une surprise!!!!

Repost 0
Published by Miyu - dans shibuya
commenter cet article
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 11:24

 

Je tiens à prévenir les âmes sensibles, cet article va être larmoyant. Vous avez la boite de Kleenex? Alors vous êtes parés…

HachiHachiko, un emblème nippon, le symbole de la fidélité et de la loyauté. “Mais pourquoi?” diront les incultes… Alors laissez moi vous conter l'histoire de ce chien fidèle. Il était une fois, en 1924, un professeur de l'université de Tokyo qui acheta un chien (de la race Akita, ils sont magnifiques) et lui donna le nom de Hachi (ko est un suffixe affectueux). Pour se rendre à son travail, le professeur allait à la gare de Shibuya, accompagné de son chien qui rentrait seul à la maison. Le soir, le chien allait attendre son maître devant la gare. Cependant, en mai 1925, le professeur décéda à son travail. Hachiko continua pourtant d'aller l'attendre devant la gare. Pendant 10 ans, il fit le guet, nourri par les habitants du quartier, admiratifs devant la fidélité de l'animal. Ils essayèrent de le garder chez eux mais il s'enfuyait toujours pour se rendre à la gare. C'est en mars 1935 qu'on retrouva le corps d'Hachiko, dans les environs du pont Inari de la rivière de Shibuya. Ses restes furent empaillés et sont maintenant exposés au Musée des Sciences Naturels de Tokyo.

 

Certains vous diront qu'en fait Hachiko n'attendait pas son maitre mais simplement de la nourriture. D'autre diront que toute cette histoire est une légende urbaine, inventée pour fournir au peuple un modèle de loyauté. Pour ma part, je préfère me dire que tout ça est vrai.

HachikoConcernant l'emblème, une première statue de bronze fut érigée devant la gare de Shibuya en 1934, Hachiko lui même était présent à son inauguration. Malheureusement la pénurie de métaux lors de la seconde guerre mondiale imposa qu'on fonde la statue. En août 1948, une nouvelle statue fut érigée devant une sortie de la gare qui pris le nom de “Sortie Hachiko”. Aujourd'hui, en quittant la gare par cette sortie, on arrive directement en face de la statue, devenue haut lieu de rendez vous et de pèlerinage. On trouve également une statue de bronze à la gare d'Oodate dans la préfecture d'Akita, ville natale d'Hachiko. Il s'y trouve aussi un sanctuaire qui lui est dédié.

 

Cette histoire a été une grande source d'inspiration pour nombre de romans et oeuvres cinématographiques. Je pense en particulier à un film japonais de 1987, “Hachiko monogatari”, dont un remake américain baptisé “Hatchi” (oui, avec un “t”, ce n'est pas une faute de frappe) sort sur les écrans début juin, avec en tête d'affiche Richard Gere… Bon, inutile de vous inciter à regarder la version japonaise, en version originale évidemment. Rassurez moi… Et que tous ceux qui ont un jour versé une larme sur cette histoire me laisse un commentaire, histoire de me sentir moins seule, merci…

Repost 0
Published by Miyu - dans shibuya
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 22:35

 

Productivité, quand tu nous tient…

shibuyaMaintenant que vous avez votre pingouin en poche et que vous savez comment fonctionne le métro, commençons la vraie visite de la ville. Direction Shibuya! Ceux qui connaissent auront le pincement au coeur nostalgique, d'autre connaissent peut être via les jeux vidéos (pub pour ce merveilleux jeu sur DS qu'est The World Ends With You et qui se passe à Shibuya). Pour les autres incultes, faisons un point. Il s'agit d'un arrondissement de Tokyo qui comprend les quartiers de Shibuya (non?? ah bon je croyais…), Daikanyama, Ebisu (Garden Place), Harajuku (Takeshita-dori…), Hiroo, Sendagaya, Omotesando (les Champs Elysées de Tokyo) et Yoyogi (vous vous souvenez? Le dimanche c'est fête de la musique). Je ne m'attarderai que sur Shibuya dans un premier temps mais les autres quartiers suivront, pas d'inquiétudes!! Et quand on parle de Shibuya, on a tout de suite en tête le carrefour titanesque surplombé par les écrans géants; la tour 109, temple de la mode au féminin (mais que ces messieurs se rassurent, il y a le 109-2 pour vous); et bien sur Hachiko, ce chien dont l'histoire en a fait pleurer plus d'un. Shibuya, c'est aussi le temple de la jeunesse branchouille, quand tous les Shibuya Boy et lesShibuyettes vont finir leur soirée au karaoké ou au game center après une journée shopping et un restaurant à thème. Et pour les couples, rien de tel qu'une petite pause coquine dans un des nombreux love hotel de Dogenzaka. Petite parenthèse pour expliquer ce qu'est un Shibuya Boy, et donc sa Shibuyette associée. Shibuya boysUn Shibuya Boy, voyez, c'est un jeune homme (Tokyoite bien sur) qui se la joue branchouille. Et pour ça, il va se décolorer les cheveux en blonds chatain d'une couleur douteuse et les coiffer à grand renforts de gel, il s'habille tel un host prêt au service avec l'accessoire indispensable : la babouche santiag (oui c'est concept, j'ai pas de photos mais j'y penserai cet été…) et ne se promène jamais sans sa Shibuyette. Elle aura aussi les cheveux décolorés, aura fait des séances d'UV à outrance et portera en toutes saisons le mini short fluo qui fait rêver les hommes (si si, j'en ai vu une paire qui bavaient devant…). On reconnait encore mieux ces 2 spécimens à la sortie du karaoké, quand lui vomit dans le caniveau et elle lui fait de l'air avec son éventail…青春だなあ…

Repost 0
Published by Miyu - dans shibuya
commenter cet article